Fin du test. Premières publications.

Nouvelle étape pour le projet “tous lire” : ne plus en être un… Franchir le pas est une nécessité, une évidence : la réussite du test Trois contes montre que notre approche répond, souvent avec un bel enthousiasme, à des attentes. Rendre nos ouvrages accessibles à tous s’impose. Restait à déterminer comment et par lesquels commencer.
Nous sommes profondément attachés à la notion d’expérimentation, de laboratoire d’idées. Nous souhaitons maintenir ce lien enrichissant avec les lecteurs, à la recherche des améliorations qu’ils pourront nous proposer, quitte à nous remettre en cause, afin d’en faire bénéficier chacun. Cette politique de mises à jour permanente (et gratuite) n’est guère envisageable avec une édition papier, mais le numérique l’autorise. D’où le choix de privilégier le PDF  interactif (et, mais dans une moindre mesure, de l’ePub, en attendant l’essor de l’ePub3), temporaire. Quand les choses nous sembleront suffisamment fixées, nous passerons au papier.

Notre première collection résulte de cette ouverture : notre premier livre ne sera pas celui que nous avions prévu…
Nous envisagions de publier d’abord une série de recueils sur le modèle de Trois contes, mais une analyse des motivations des testeurs et de leurs commentaires nous a permis de dégager une attente de lecture accompagnée, qui nous a semblé importante, et donc prioritaire. Ce sont les enseignants, puis les orthophonistes et logopèdes qui ont le plus réclamé de participer au test de Trois contes, et pas seulement pour de jeunes dys, mais pour des primaires et des collégiens, des adolescents et des adultes, lecteurs en difficulté d’apprentissage, autistes, illettrés, malvoyants, malentendants… Par ailleurs, la plupart se sont servis d’écrans d’ordinateur pour faire lire notre test.

Voilà ce que nous en avons retiré :
Cette première collection doit avoir un format qui correspond à l’usage : en l’occurrence, le format paysage, horizontal, des écrans. De la tablette au 27”, de quoi adapter la taille des caractères…
Cette collection s’adresse à des publics variés, qui réclament des aides différenciées par la mise en forme du texte. Nous proposons donc plusieurs présentations du même conte. La première reprend le protocole “tous lire”, comme dans Trois contes. Une autre se base sur celle-ci, mais les syllabes sont colorées, les muettes grisées, les principales liaisons signalées – offrant un pont entre l’oral et l’écrit. La dernière reprend la première, toute en noir, mais en « grands caractères » (et selon l’approche du protocole “tous lire”).

Trois contes seront proposés d’ici la fin du mois, dont les titres seront révélés ce vendredi dans le cadre d’un partenariat avec #VendrediLecture (cinq exemplaires de chaque seront tirés au sort parmi ceux qui auront signalé sur Twitter leur lecture en cours). D’autres annonces suivront…
À vendredi !

“Trois contes », derniers jours !

Le succès du test grandeur nature remporté par le recueil Trois contes nous permet d’avancer. Enseignants, parents, orthophonistes, bibliothécaires, associations de lecture, vous avez été nombreux à nous le demander et à partager vos impressions, à nous faire part de vos suggestions. Nous en avons tenu compte.
Dans les tout prochains jours, nous arrêterons de proposer Trois contes afin de nous concentrer sur des variations de présentation des textes. Ces études sont d’ailleurs d’ores et déjà soumises aux premiers testeurs de notre protocole. Ceux qui nous ont adressé des retours, spontanément ou via le formulaire mis à leur disposition, recevront ce nouveau prototype dans les heures à venir.
Merci pour la qualité de vos commentaires.

“tous lire” 1 – ulule 0

La littérature nous rend-elle meilleurs ? Je n’en doute pas : je suis romancier. C’est pourquoi je refuse que lire reste un privilège. Mon indignation m’a amené à chercher des solutions concrètes. Longtemps, j’ai avancé seul et en toute discrétion; depuis quelques semaines, j’ai rendu public ce projet éditorial. Pour que “tous lire” devienne un laboratoire d’idées concentré sur un objectif simple : aider à aimer lire.

La cause en elle-même a reçu de nombreux soutiens. Le premier test grandeur nature que nous avons lancé a rencontré un succès inespéré, il nous a permis d’améliorer notre prototype, d’explorer d’autres pistes. Nous avons organisé en parallèle une campagne de financement participatif, destinée à finaliser et tester le concept de “lecture progressive”, et notamment un protocole iconographique. À ce jour, treize illustrateurs nous ont adressé leurs premières esquisses, nous sommes en discussion avec plusieurs d’entre eux.

Si cette opération n’a pas réuni les fonds sollicités, elle reste une réussite par la qualité des contacts qu’elle a suscités : le “nous” de “tous lire” n’est plus une tournure de style. Une équipe s’est constituée, un réseau s’est mis en place. Nous sommes mieux armés pour passer à l’étape suivante: transformer notre projet éditorial en un catalogue original et audacieux pour les enfants qui ont du mal à lire ou qui n’aiment pas lire.

“tous lire” a chaussé ses bottes de sept lieues: rendez-vous à tous dans les toutes prochaines semaines!

À ceux qui ont concrétisé leur souhait de partager le plaisir de lire, le plus grand et le plus reconnaissant merci.

“tous lire”: motivations et projets (interview)

Mes premières lectures présente une longue interview de Jean-Claude Marguerite, romancier, éditeur et initiateur du projet éditorial “tous lire”. Parcours, motivations, projets, premiers tests et crowdfunding, tous les aspects de la démarche sont passés en revue.

Extrait :

« J’ai dédié Le Vaisseau ardent aux enfants des rues. Je ne l’aurais pas écrit si je n’avais pas été porté par un sentiment de révolte vis-à-vis du sort de ces enfants privés d’enfance. J’ai transposé leur condition dans un autre siècle, et leur utopie dans une autre dimension.
Je ressens la même indignation quand on me rétorque que les enfants qui ont du mal à lire n’ont qu’à s’adapter. Comme si leur tendre la main revenait à les dispenser de tout effort ! »

touslire_ulule_soutien