“tous lire” 1 – ulule 0

La littérature nous rend-elle meilleurs ? Je n’en doute pas : je suis romancier. C’est pourquoi je refuse que lire reste un privilège. Mon indignation m’a amené à chercher des solutions concrètes. Longtemps, j’ai avancé seul et en toute discrétion; depuis quelques semaines, j’ai rendu public ce projet éditorial. Pour que “tous lire” devienne un laboratoire d’idées concentré sur un objectif simple : aider à aimer lire.

La cause en elle-même a reçu de nombreux soutiens. Le premier test grandeur nature que nous avons lancé a rencontré un succès inespéré, il nous a permis d’améliorer notre prototype, d’explorer d’autres pistes. Nous avons organisé en parallèle une campagne de financement participatif, destinée à finaliser et tester le concept de “lecture progressive”, et notamment un protocole iconographique. À ce jour, treize illustrateurs nous ont adressé leurs premières esquisses, nous sommes en discussion avec plusieurs d’entre eux.

Si cette opération n’a pas réuni les fonds sollicités, elle reste une réussite par la qualité des contacts qu’elle a suscités : le “nous” de “tous lire” n’est plus une tournure de style. Une équipe s’est constituée, un réseau s’est mis en place. Nous sommes mieux armés pour passer à l’étape suivante: transformer notre projet éditorial en un catalogue original et audacieux pour les enfants qui ont du mal à lire ou qui n’aiment pas lire.

“tous lire” a chaussé ses bottes de sept lieues: rendez-vous à tous dans les toutes prochaines semaines!

À ceux qui ont concrétisé leur souhait de partager le plaisir de lire, le plus grand et le plus reconnaissant merci.

“tous lire”: motivations et projets (interview)

Mes premières lectures présente une longue interview de Jean-Claude Marguerite, romancier, éditeur et initiateur du projet éditorial “tous lire”. Parcours, motivations, projets, premiers tests et crowdfunding, tous les aspects de la démarche sont passés en revue.

Extrait :

« J’ai dédié Le Vaisseau ardent aux enfants des rues. Je ne l’aurais pas écrit si je n’avais pas été porté par un sentiment de révolte vis-à-vis du sort de ces enfants privés d’enfance. J’ai transposé leur condition dans un autre siècle, et leur utopie dans une autre dimension.
Je ressens la même indignation quand on me rétorque que les enfants qui ont du mal à lire n’ont qu’à s’adapter. Comme si leur tendre la main revenait à les dispenser de tout effort ! »

touslire_ulule_soutien

“tous lire”: quelques nouvelles

Hier, le Salon du livre de Paris s’achevait avec des conférences sur l’accessibilité, où étaient mis en avant une sensibilité croissante et des outils prometteurs pour le livre accessible aux DYS et malvoyants. De quoi nous encourager à poursuivre dans notre voie en faveur d’une amélioration des premières expériences de lecture, quel que soit le frein à cet apprentissage.

Nous venons de mettre à disposition des 250 testeurs de Trois contes un questionnaire pour recueillir leurs impressions et observations. Les premières réponses confirment les retours spontanés : le protocole “tous lire” en version adaptée fonctionne. Ce questionnaire met également en valeur d’autres attentes et d’autres besoins, notamment des textes et présentations moins simples, moins typées.
C’est justement l’ambition de notre concept de lecture progressive… Comme pour Trois contes, nos tests “privés” se sont avérés extrêmement encourageants. Mais nous voulons en pousser chaque aspect dans ses retranchements : texte, mise en page, structure du livre et iconographie. Et tester le résultat auprès d’apprentis lecteurs de tous âges et horizons.

Aujourd’hui, “tous lire” est un laboratoire d’idées. Indépendant. Ouvert. Et, nous le croyons intimement, nécessaire. Pour cette phase expérimentale, nous avons lancé une opération de financement participatif, qui arrive à mi-course. La collecte reste timide. C’est un phénomène habituel : sauf emballement de la première heure, le crowdfunding a la fâcheuse tendance à jouer son va-tout à la dernière minute. La somme demandée s’avère pourtant minime – de quoi couvrir les besoins immédiats. Dépasser (au plus vite) cet objectif, nous permettrait de passer à la vitesse supérieure…
N’oubliez pas qu’à chaque niveau de “donation” (à partir de 5€ ; mais on peut aussi devenir “fan” sans engager un centime) correspond une contrepartie : des livres hors commerce, nos prochaines publications, des rencontres, des romans dédicacés par des écrivains de l’imaginaire (et même par l’écrivain préféré des Français, Marc Levy qui soutient “tous lire”).

Pour que lire ne reste pas un privilège, votre soutien est essentiel. Merci.

touslire_ulule

 

“tous lire” d’utilité publique ?

ActuSF me présente comme “l’ami des petits lecteurs”, formule ô combien précieuse, et Gilles Dumay parle de “profession de foi” quant au but que je poursuis. Philémont déclare aujourd’hui “tous lire”  “projet d’utilité publique”. Je suis ravi. C’est exactement ce que je ressens, et comme je me ressens.

Lire ne doit pas rester un privilège.