13/11/15

Ne voir dans les contes de fées qu’un divertissement est une erreur. Issus de la tradition orale, ils se sont perpétués parce qu’ils nous aident à réfléchir. Ils le font d’une manière simple, mnémotechnique, en proposant des jalons faciles à retenir, des analogies si extravagantes qu’elles peuvent être adaptées à chaque situation.
N’oublions pas que les contes partagent également cette particularité d’avoir été nos premières lectures – des lectures qui nous ont été faites. Parent ou maître, une personne en qui nous avions confiance, nous a invité à arrêter nos activités, à nous asseoir, à rester calme, à écouter. Il a pris un livre, l’a ouvert, l’a observé, a commencé à lire, lentement. Le moment était important, nous le savions. Une porte s’est alors ouverte sur un monde, infiniment renouvelé.
Plus tard, nous avons pensé avoir tout oublié, ou n’en avoir retenu que de rares bribes enfantines. Mais toutes ces histoires 
nous habitent encore, elles n’ont jamais disparu. Elles ont contribué à façonner progressivement notre perception du monde. Si nous acceptons assez volontiers l’idée que les contes de fées nous aident à domestiquer nos peurs, nous devons reconnaître qu’ils font bien plus que cela. Les contes nous aident à penser le monde, et à y trouver notre chemin.
Ainsi, le Loup du Petit Chaperon rouge peut prendre bien des aspects, comme il peut tenir bien des discours. Les jeunes filles naïves ne sont pas les seules à se faire prendre, à négliger les mises en garde, à trahir les leurs, à se livrer, corps et âme… Bien des garçons gagneraient à se souvenir de ce conte quand, loin des leurs et sans repères, ils rencontrent un beau parleur qui les invite à se glisser vaillamment dans le linceul de ses mensonges.
 Le_petit_Chaperon_rouge_Gustave_Dore
J’ai passé ces terribles journées en me répétant que mes enfants sont en danger, et que je n’y peux rien. Mais je me suis trompé. Si je ne peux pas empêcher un homme d’attenter à leur vie, je peux essayer d’empêcher un enfant de devenir cet homme.
Du conte de fées au roman, je ne connais pas de meilleures ouvertures pour y parvenir.
Jean-Claude Marguerite
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s