LIRE NE DOIT PAS RESTER UN PRIVILÈGE

« Lire, c’est ouvrir
une fenêtre sur le monde… »

Alors, pourquoi laisser certaines fenêtres condamnées ?

Trop d’enfants ont du mal à lire ou n’aiment pas lire parce que les livres qui leur sont proposés ne sont pas faits pour eux. Mais la lecture est une source trop précieuse d’enrichissement et de compréhension du monde et des autres pour les laisser pour compte.
Pour eux, il faut repenser le livre, conjointement sous tous ses aspects. Les textes. La mise en page. La structure même du livre. Telle est l’ambition de “tous lire” : rendre les premières expériences de lecture fluides, évidentes et prenantes.

Aujourd’hui, en France :

1 ou 2 élèves par classe souffrent de troubles « dys »
15 % de la population adulte est illettrée
1 Français sur 3 n’ouvre pas un livre dans l’année

  • Aux troubles d’apprentissages des dys, s’ajoutent d’autres handicaps :
    visuels, auditifs, moteurs, intellectuels…
  • Sans compter les freins peu quantifiables mais bien réels :
    troubles affectifs, milieux défavorisés, lacunes lexicales…

Dans quelle mesure ces troubles et ces difficultés,
pas assez marqués pour être diagnostiqués, dissuadent de lire ?

Combien d’enfants se trouvent condamnés à ne pas aimer lire
pour de mauvaises raisons ?

LIRE NE PEUT PAS RESTER UN PRIVILÈGE

“tous lire” résulte de cette prise de conscience. Laboratoire d’idées, “tous lire” se fait éditeur et libraire pour proposer de nouveaux outils au service des enfants qui ont du mal à lire ou qui n’aiment pas lire.

à suivre : REPENSER LE LIVRE

LIRE ET AIMER LIRE

LECTURE PROGRESSIVE